"Le Paris de l'agriculture urbaine", contribution au PLU parisien

SGoelzer

Fin 2014, une centaine d'acteurs engagés dans l’agriculture urbaine, des habitants, des associations, des porteurs de projets, des urbanistes, des architectes, des élus… se sont retrouvés pour imaginer « Le Paris de l’agriculture urbaine ». Ce rassemblement coïncidait avec le démarrage de la concertation conduite par la Ville de Paris portant sur la modification de son Plan Local d’Urbanisme (PLU) qui se conclura fin 2015 avec le vote du document final au Conseil de Paris.

A l'issu d'un travail de plusieurs mois ponctué de quatre rencontres, les participants à la démarche "Le Paris de l'agriculture urbaine" ont élaboré un mémoire collectif, "Le Paris de l'agriculture urbaine", dans lequel ils proposent dix mesures (voir ci-dessous). Ce document d'une vingtaine de pages a été remis au commissaire enquêteur à la mi-juillet 2015 afin qu'il soit versé à la consultation publique.

 La prise en compte de l’agriculture urbaine au sein du Plan Local d’Urbanisme apparaît aujourd’hui comme une triple nécessité : celle de la construction d’une ville plus durable et résiliente, celle d’une adaptation de son cadre réglementaire aux initiatives portées par ses habitants, celle d’une réponse aux trop nombreuses difficultés et incohérences qui empêchent les innovations urbaines et sociales.


 Les dix mesures proposées pour soutenir et développer l'agriculture urbaine :

1 : définir l’agriculture urbaine au sein du Plan Local d’Urbanisme

2 : préserver les sites d’agriculture urbaine existants

3 : avoir une approche spatiale de protection et de développement de l’agriculture urbaine

4 : affirmer l’intérêt collectif des constructions liées à l’agriculture urbaine

5 : mettre en œuvre une valorisation écologique de l’agriculture urbaine

6 : mettre en œuvre une valorisation sociale des espaces d’agriculture urbaine créés

7 : permettre le développement de l’agriculture urbaine sur toit

8 : intégrer l’agriculture urbaine dans les dispositifs de rétention des eaux pluviales

9 : affirmer le rôle positif des sols de pleine terre dans la lutte contre les gaz à effet de serre

10 : mettre en oeuvre des outils favorables au développement de l’agriculture urbaine


A quelques semaines de la COP21 au Bourget (le Sommet international sur le climat des Nations-Unies), certaines sont particulièrement emblématiques :


 L’agriculture urbaine au service de l’adaptation de Paris au changement climatique

La modification du PLU de Paris est également l’occasion de mettre à jour son règlement dans le cadre des nouvelles dispositions de la loi Alur et de compléter les différentes pièces qui le composent : Rapport de présentation, Orientations d’Aménagement et de Programmation, Zonage et Règlement particulièrement.

Le règlement notamment, pourra être complété par l’ajout de plusieurs dispositions dont une permettra de réglementer plus spécifiquement « les performances énergétiques et environnementales » des constructions et aménagements. L’agriculture urbaine apparaît comme une réponse pertinente dans la recherche de ces performances, alliant aux bénéfices environnementaux dans la lutte contre les causes et conséquences du changement climatique, des bénéfices écosystémiques et sociaux dont la valeur urbaine est supérieure à d’autres procédés techniques stériles.