Gros plan sur... Le Parc des Docks de St-Ouen

ALagneau

Aménagé au cœur d’une ancienne friche industrielle de près d’une centaine d’hectares, le grand parc des Docks de St-Ouen en Seine-Saint-Denis a été ouvert fin 2013. Occupant 12 hectares de ce nouveau quartier créé en bord de Seine, cet espace vert regroupe en son sein une serre pédagogique de 1700 m² mais aussi plus de 5000m² de jardins partagés  et ouvriers. Historiquement, la présence de ces jardins ouvriers remonte à 1917.

A cette époque, la compagnie française Thomson-Houston, qui deviendra plus tard Alstom, achète des terrains en bord de Seine pour ses usines. Elle en profite pour aménager quelques jardins à destination de ses employés, on comptera ainsi, à l’orée des 20, près d’une centaine de parcelles (pour en savoir plus, vous pouvez consulter le site de l'Office du tourisme de Plaine-Commune).


Les jardins actuels, qui regroupent 120 adhérents, sont constitués de 28 parcelles gérés individuellement et 120 gérées collectivement. Cinq ruches sont installées sur le site qui est aussi composé d’une prairie de 11.000 m², de murets de pierres sèches et de zones humides.


Aucun produit phytosanitaire ni engrais chimique ne sont utilisés dans ces espaces sur lesquels se pratiquent par ailleurs la fauche tardive et où sont créés ou maintenus des micro milieux complémentaires  (mares, prairies, murets de pierres sèches, arbre mort sur pied, etc.). L’utilisation de compost produit localement (déchets verts ou issus de l’alimentation, etc.) et de fertilisants d’origine animale (guanos, déjections, lombricompost, etc.) dont partie des pratiques culturales.


Dans ces jardins, on y cultive de multiples variétés fruitières et légumières : haricots, carottes, salades, oignons, navets, tomates, chou de charenton,, framboisiers, groseilliers, groseilliers à maquereaux, cassissiers, mûriers, kiwis, cerisiers, vignes, pommiers, poiriers, pruniers, figuiers, livèche, guimauve, oseille, bourrache, pimprenelle, pourpier….

Des actions spécifiques sur les variétés anciennes ou les espèces en voie de disparition sont réalisés et des semences anciennes sont utilisées via Kokopelli, Biau Germe et un petit producteur de semences vendéen

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter la fiche du parc: rendez vous sur la Carte des parcelles cultivées puis écrivez "Grand parc de St-Ouen" dans la colonne "Liste des Jardin" à gauche