L'agriculture urbaine en Ile-de-France

Livre Agriculture urbaine vers une réconciliation ville-natureIl n’existe pas « une » agriculture urbaine mais « des » agricultures urbaines. L’emploi du pluriel s’avère ici incontournable dès lors que l’on tente de caractériser ce mouvement. Car cultiver en ville relève de tant de formes différentes que l’on ne peut isoler l’une d’elles pour restituer ce qu’est l’agriculture urbaine. C’est donc la combinaison des formes qui permettra de s’approcher d’une description un peu plus précise de celle-ci. D’où la volonté des chercheurs de parler de multifonctionnalité à son propos. L’intérêt est ainsi de pouvoir balayer très largement cette diversité qui regroupe : les lieux de productions, les supports de productions, les techniques et pratiques culturales, les systèmes de distribution, les modèles économiques et les acteurs. Ces différentes formes peuvent être reliées à une ou plusieurs fonctions de l’agriculture urbaine : l’aménagement urbain, la biodiversité, l’économie, la sécurité alimentaire, la santé, les loisirs, l’éducation ou bien encore les aspects sociaux. 

À travers le temps, l’agriculture urbaine a évolué. Si ce mouvement semble récent, il faut savoir qu’au moment de son « apparition », il était intimement lié au lieu de vie. Aujourd’hui, à travers les actions de réappropriation de l’espace, cultiver en ville prend donc des formes de plus en plus variées et se complexi?e, suivant en ce sens l’évolution du milieu urbain et les aspirations de ses citoyens. 

De quelques m² sur un balcon à la récupération de friches, du jardin partagé aux terrasses ou façades d’immeubles, la ville offre, en pleine ou en hors-sol, un terrain de jeu immense où le moindre interstice peut parfois se relever propice à l’implantation d’un potager. 
Cette mosaïque de lieux contribue aussi à la richesse et à la diversité des pratiques qui se développent sur ces derniers. Par nécessité topographique, par choix cultural, par tradition ou volonté d’innover, l’ensemble est à l’image de l’agriculture urbaine : multiple. 
De la culture potagère en pleine terre suivant des savoir-faire anciens jusqu’à la serre hydroponique ou des installations en aquaponie, dans des bacs ou en réintroduisant des arbres fruitiers sur la voie publique, l’imagination prend le pouvoir et semble ne pas connaître de limites. 

Lieux et pratiques sont donc intimement liés et participent à l’attractivité de l’agriculture urbaine pour un public toujours plus large. Les collectivités locales l’ont bien comprises et s’impliquent chaque jour un peu plus en favorisant sur leur territoire, l‘émergences d’initiatives potagères, fruitières voire d’expériences d’élevage ou de pâturage urbain.

replique rolex montre prix